Alors que l’on attend encore les chiffres du dernier trimestre 2018, les résultats de l’e-commerce dépassent déjà pour cette année tout ce que l’on a connu. Les performances du commerce en ligne ne cessent en effet de battre des records… Pourtant, si certains secteurs de l’économie ont déjà trouvé toute leur place dans l’e-commerce, d’autres tardent à ouvrir ce sésame. C’est le cas du secteur du jardinage. Cependant, après quelques années difficiles, les sites de vente en ligne de ce secteur devraient bientôt connaître la même embellie. Récit d’un sésame annoncé !

Les magasins de jardinage en ligne

S’il a longtemps été tenu à l’écart de l’envolée du e-commerce, le secteur du jardinage voit pointer de belles perspectives en la matière pour les années qui viennent. C’est en tout cas ce que révèle une étude menée par l’Union Nationale des Industries du Bricolage, du Jardinage et de l’Aménagement du Logement (Unibal).

Il faut dire qu’avec une part de ventes en ligne qui n’atteignait que 6 % encore en 2016, la marge de progression était importante. Pour comparaison, l’e-commerce des produits dits culturels représentait à la même période plus de 40 % du chiffre d’affaires de ce secteur. Tandis qu’il atteignait déjà 22 % pour ce qui est du domaine high-tech.

Conscients de l’enjeu, les sites de jardinage ont entamé leur aggiornamento et l’on voit fleurir de nouveaux acteurs et de nouvelles offres, comme le site Chaletdejardin qui augurent des beaux jours à l’horizon.

Jardinage, la vente en ligne a le vent en poupe

Les professionnels de la vente en ligne de jardinage, mais aussi de bricolage et d’aménagement, se sont mis en quatre pour faire tomber les freins inhérents à l’e-commerce dans leur secteur. Il est vrai qu’en matière de jardin, de plants et d’outillage, le contact rassure le client. Souvent confronté à des difficultés de conception, des exigences précises et une multitude de solutions, le client de jardinerie aime toucher, prendre en main, soupeser et voir.

Les sites de e-commerce du secteur ont donc mis les bouchées doubles concernant les visuels, la qualité des descriptifs et la souplesse du service après-vente. De nombreuses solutions sont mises en œuvre pour éliminer les facteurs qui incitaient l’internaute à ne pas finaliser son achat en ligne, et à préférer se déplacer en boutique.

2020 l’année du e-commerce jardinage

Première conséquence ? Les sites d’e-commerce en jardinage deviennent des références. Et ils s’imposent comme une source d’information pour les clients potentiels. Tout comme dans les autres secteurs, on va sur le Net faire son repérage, s’acclimater avec les caractéristiques et les prix, appréhender le sujet.

Si l’on ne crée pas ainsi de chiffres d’affaires, cela fait naître la confiance et permet d’amorcer la modification des habitudes. Car, comme chaque secteur économique l’a connu auparavant, l’e-commerce du jardinage doit maintenant atteindre sa période de maturité. Celle où l’on récolte enfin ce que l’on a semé. Le phénomène de maturation est en cours de façon indéniable et, selon l’étude d’Unibal, 2020 sera l’année où les taux de croissance vont s’élever. Ils devraient permettre d’atteindre une part de marché de plus de 9 % pour la vente en ligne dans le secteur hautement concurrentiel du jardinage.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.